Ouest-Edel  | Atlas social de Nantes  | Atlas social du Mans  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Le premier tramway à Caen : une petite révolution (1901-1937)

par Michaël Biabaud

planche publiée le 18 mars 2021

À Caen, les transports publics se sont longtemps limités à des lignes d’omnibus à traction hippomobile, du fait de la taille modeste de la ville. Mais en 1901, trois lignes de tramway sont mises en service qui permettent de parcourir la ville suivant un axe nord-sud pour la ligne principale et deux axes secondaires est-ouest. Les questions d’aménagement qui se posent alors ne sont pas sans rappeler celles qui apparaissent près d’un siècle plus tard.

1En 1897, la municipalité de Caen confie à la Compagnie générale de traction l’établissement d’un réseau de trois lignes de tramway électrique dans un délai de deux ans. Comme souvent, les délais s’allongent et les travaux, entrecoupés de nombreux retards, ne commencent qu’en 1899. Le réseau des lignes relie la gare Saint-Pierre, la gare de l’Ouest, la gare Saint-Martin, Vaucelles, Venoix et la Maladrerie.

Polémique pour un abri de station

2La ligne 1 est ouverte le deux décembre 1901 entre la gare de l’Ouest et la gare Saint-Martin. Le tramway emprunte l’avenue de la gare puis la rue d’Auge avant de s’engager dans la rue de Vaucelles. Une fois le pont de Vaucelles passé, il poursuit sa route place Alexandre III (actuelle place du 36è Régiment d’Infanterie), rue Saint-Jean, place Saint-Pierre et rue Saint-Pierre. Le tramway remonte ensuite la rue au Canu (actuelle rue Demolombe), passe par la place Saint-Sauveur pour terminer sur la place du Canada, où se situe la gare Saint-Martin. Quelques jours plus tard, la ligne 2 est ouverte. Tracée entre le sud de la ville et sa périphérie nord-ouest, elle relie la rue de Falaise et le quartier de la Maladrerie. Le 21 décembre, c’est au tour de la ligne trois d’être mise en service. Elle suit un itinéraire est-ouest, entre le pont de Courtonne et le quartier de Venoix, qui est alors une commune distincte de Caen.

3Les trois lignes se rejoignent sur la place Saint-Pierre, renforçant sa position de carrefour, et affirmant cette dernière comme un élément majeur du centre-ville. C’est sur cette place que s’élève un bel abri (aubette) signalant une station qui joue un rôle central dans l’architecture du réseau. Construit vers 1902 dans un style Art Nouveau, il est jugé trop moderne et trop lourd. La presse locale y décèle une faute de goût qui lui semble jurer avec la légèreté du chevet de l’église Saint-Pierre. Jamais adopté par les Caennais, l’abri est détruit en 1924 lors du réaménagement de la place.

Figure 1 : Transformations de la place Saint-Pierre

Image

Photo (gauche) : Collection Victor Benhaïm avec l'autorisation d'Yves Bénain. Photo (droite) : Jean-Marc Fournier

À gauche, Tramways place Saint-Pierre à la fin des années 1930. À droite, le tramway inauguré en 2019.

Entre soucis techniques et manque de confort

4Les tramways ne sont pas confortables. Ils sont poussiéreux et certains usagers indélicats n’hésitent pas à cracher dans les voitures. Certaines d’entre elles sont surnommées « corbillard des vivants » et elles font l’unanimité contre elles. Un autre type de voiture, des « baladeuses » ouvertes à tous les vents, sont en service aux beaux jours. En cas d’averse, les passagers ne sont pas protégés.

5Du fait de l’entretien défectueux du matériel, les incidents techniques sont nombreux et les freins ont tendance à lâcher. Ce qui n’est pas forcément sans danger dans une ville où la déclivité peut être forte. Le plus célèbre des accidents se produit le deux septembre 1906. Profitant de la pause de deux wattman (conducteurs) à la gare Saint-Martin, deux garnements profitent de l’occasion pour monter dans le tramway. Ils desserrent les freins, entraînant le véhicule dans une course folle qui se termine dans la boulangerie de M. Lacour, située au 7 place Saint-Sauveur. Aucune victime n’est à déplorer mais la course folle du convoi déclenche une bonne peur.

6Le tramway caennais roule jusqu’en janvier 1937, date à laquelle il est remplacé par un réseau d’autobus, présent en ville dès 1930.

Figure 2 : Une baladeuse et ses larges ouvertures

Image

Photo : Archives du Calvados_54fi_17/18

Pour citer ce document

Michaël Biabaud, 2021 : « Le premier tramway à Caen : une petite révolution (1901-1937) », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 18/03/2021, URL : https://atlas-social-de-caen.fr:443/index.php?id=573, DOI : en attente.

Autres planches in : Transports et mobilités

Carte : AUCAME - 2016.

Les grandes surfaces commerciales, un modèle d’aménagement à réinterroger ?

par Tristan Capron

Voirla planche intégrale 

Photo : AUCAME.

Les effets de la mobilité sur la qualité de l’air

par Xavier Lepetit

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Site du musée de Normandie https://photo-musee-de-normandie.caen.fr

Index géographique

Résumé

À Caen, les transports publics se sont longtemps limités à des lignes d’omnibus à traction hippomobile, du fait de la taille modeste de la ville. Mais en 1901, trois lignes de tramway sont mises en service qui permettent de parcourir la ville suivant un axe nord-sud pour la ligne principale et deux axes secondaires est-ouest. Les questions d’aménagement qui se posent alors ne sont pas sans rappeler celles qui apparaissent près d’un siècle plus tard.

Annexes (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".