Ouest-Edel  | Atlas social de Nantes  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Caen : un centre-ville à dimension régionale ?

par Thomas Boureau

planche publiée le 09 juillet 2021

Dans un contexte de perte d’attractivité des centres-villes, notamment pour les villes moyennes, le centre-ville de Caen semble maintenir son rayonnement. Malgré une relative érosion démographique et une augmentation de la vacance des logements, le cadre de vie, la présence de grands équipements rayonnants et des dynamiques d’expansion lui permettent de renouveler son attractivité.

Un cadre de vie remarquable

1Le centre-ville de Caen est marqué par trois repères architecturaux historiques : le château, l’abbaye aux Dames et l’abbaye aux Hommes. Ces ensembles témoignent du riche passé médiéval de la ville. L’identité de la ville, outre ces monuments emblématiques, est également fondée sur d’autres éléments : la présence d’un port en centre-ville, l’ouverture vers la nature de la Prairie, le patrimoine de la Reconstruction en pierre de Caen.

2La qualité du cadre de vie du centre-ville de Caen réside dans cette variété architecturale, qui voit se juxtaposer les quartiers anciens (périodes médiévales et classiques), la Reconstruction du quartier Saint-Jean, et des quartiers plus contemporains et modernes (la Cité Gardin, les Rives de l’Orne et la pointe Presqu’île).

Le cadre de vie du centre-ville de Caen

Image

Carte : Aucame 2019

Plusieurs éléments concourent à construire un paysage urbain particulier au centre de Caen. Des éléments « naturels » comme la Prairie ou la présence de l’eau constituent des marqueurs forts de l’identité. La juxtaposition de différents quartiers d’âge et d’architecture très différents génère des ambiances urbaines variées : des petites rues piétonnes médiévales aux larges artères de la Reconstruction ou au laboratoire urbain de la Presqu’île.

Un centre-ville moins peuplé

3Au sens large, comme sur les cartes ici présentées, le centre de Caen représente environ 17 000 habitants et 15 000 emplois. Cependant, ces chiffres tendent à s’éroder progressivement. Les jeunes y sont surreprésentés grâce à la présence de petits logements à proximité de l’Université (jusqu’à 41 % de la population dans certains secteurs du centre ancien). Cette forte présence étudiante contribue d’ailleurs à l’animation de quartier. La part des personnes âgées y est également importante, notamment dans le parc de la Reconstruction de l’est du quartier Saint-Jean, plus populaire. De plus, la part des ménages avec enfants ne représente que 10 % de l’ensemble.

4Conséquence de cette érosion démographique, la part de logements vacants a beaucoup augmenté au cours de la dernière décennie pour atteindre, selon les chiffres du recensement 2016 et selon les quartiers, entre 10 % et 15 % des logements. Le maintien de la population résidente et des emplois dans le centre-ville constitue un enjeu crucial car les actifs comme les habitants constituent la base de la clientèle des commerces et des services.

Un fonctionnement par secteurs

5Le centre-ville regroupe plusieurs grands ensembles, chacun étant marqué par une fonction dominante. On identifie tout d’abord l’hyper-centre commerçant, relativement peu étendu, dont l’aire de chalandise s’étend au-delà de l’agglomération. Il est ramassé sur quelques rues majoritairement piétonnes. Il s’étend de manière plus ténue sur l’avenue du Six Juin et le début de la rue Saint-Jean. Ce premier ensemble est bordé de part et d’autre par des secteurs animés, axés sur la restauration et les loisirs : Vaugueux, Gaillon et rue de Geôle, rue Écuyère et place Saint-Sauveur. À l’ouest, se dégage un autre vaste ensemble de grands équipements scolaires, sportifs, administratif, judiciaire. Il concentre une part importante des 15 000 emplois. À l’est, autour des Rives de l’Orne et de la pointe Presqu’île, se sont implantés récemment de nombreux grands équipements qui contribuent à renforcer le centre de l’agglomération. Enfin, le reste du centre, au nord et au sud, est majoritairement constitué de zones résidentielles. Dans cette partie, la rive droite de l’Orne est marquée par le pôle de la gare et les emprises ferroviaires. Elle apparaît isolée du reste du centre.

6L’organisation des mobilités favorise l’accès au centre par les transports en commun via des axes nord-sud et est-ouest qui se rejoignent sur les places Saint Pierre et de la Résistance. Les axes routiers principaux enserrent le centre-ville pour le desservir au plus près. Le secteur piétonnier recoupe quant à lui l’hyper-centre commerçant.

Le fonctionnement du centre-ville de Caen

Image

Carte : Aucame 2019

Les fonctions qui fondent l’attractivité du centre-ville de Caen sont relativement éclatées : au centre ancien les fonctions commerciales, autour des rues commerçantes. Sur le bassin Saint-Pierre, les lieux d’animation. Aux marges du centre-ville, les grands équipements. La réussite de l’élargissement du centre-ville vers les secteurs d’expansion du centre que constituent la Presqu’île et les Rives de l’Orne passe par la reconquête du quartier Saint Jean, ce qui permettra de faire le lien avec le centre.

Des opportunités d’évolutions

7Aujourd’hui, l’un des enjeux majeurs du centre-ville est d’acquérir une dimension métropolitaine, ce qui suppose son élargissement afin de correspondre au centre-ville d’un bassin de vie comptant plus de 400 000 habitants.

8Les nouveaux quartiers des Rives de l’Orne et de la Presqu’île, aux portes du centre-ville, incarnent cette opportunité d’élargissement, sur le plan commercial ou des grands équipements. Ils matérialisent également le renouveau architectural et urbain. Cependant, cette extension du centre-ville vers le sud et le nord-est suppose d’assurer une continuité commerciale, de proposer des cheminements piétons confortables, accompagnés d’une meilleure qualité des espaces publics dans l’avenue du Six Juin et pour certaines zones du quartier Saint Jean.

Pour citer ce document

Thomas Boureau, 2021 : « Caen : un centre-ville à dimension régionale ? », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 09/07/2021, URL : https://atlas-social-de-caen.fr/index.php?id=843, DOI: en attente.

Autres planches in : Les aménagements urbains

Carte : AUCAME - 2018.

La métropole de Caen au cœur de l’armature urbaine du Calvados

par Thomas Boureau

Voirla planche intégrale 

Image : Collection A. Léger.

Caen au 19 e siècle : quelle modernisation ?

par Michaël Biabaud

Voirla planche intégrale 

Photo : VigiSol - 2018.

L'artificialisation des terres agricoles depuis 20 ans

par Patrick Le Gouée et Guillaume Jouan

Voirla planche intégrale 

carte : J.-M. Cador - 2020.

De Caen-aux-Odons à Caen la Mer

par Jean-Michel Cador

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Aucame, 2012, Quelle place pour l’îlot Bellivet au cœur du centre-ville de demain ? Projet urbain pour l’îlot Bellivet, https://www.aucame.fr/catalogue/travaux-pour-les-membres/projet-urbain-pour-l-ilot-bellivet-283.html

Index géographique

Thomas Boureau

Directeur d’études à l’Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole- AUCAME

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Thomas Boureau

Thomas Boureau

Résumé

Dans un contexte de perte d’attractivité des centres-villes, notamment pour les villes moyennes, le centre-ville de Caen semble maintenir son rayonnement. Malgré une relative érosion démographique et une augmentation de la vacance des logements, le cadre de vie, la présence de grands équipements rayonnants et des dynamiques d’expansion lui permettent de renouveler son attractivité.

Documents (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".