Ouest-Edel  | Atlas social de Nantes  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Les effets de la mobilité sur la qualité de l’air

par Xavier Lepetit

planche publiée le 27 avril 2021

En 2016, la sphère des transports est responsable en France de 30 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), ce qui la place comme la première activité contributrice. Les résultats de l’enquête de mobilité du Calvados, réalisée en 2011 par le Département du Calvados, Caen Métropole et Viacités, ont montré la prédominance de la voiture dans les pratiques de mobilité. Celle-ci n’est pas sans impact environnemental, notamment en matière de qualité de l’air.

1L’outil intitulé « Diagnostic énergie émission de mobilité » (DEEM), émanation de l’enquête de mobilité, permet de quantifier les émissions liées à la mobilité. Le DEEM révèle que les habitants du département émettent, quotidiennement dans le cadre de leurs déplacements, 2 451 tonnes équivalent CO2 (teq CO2), soit en moyenne 4 300 grammes équivalent CO2 (geq CO2) par habitant. Outre les GES, les déplacements des Calvadosiens engendrent des émissions de polluants atmosphériques qui contribuent à la mauvaise qualité de l’air. Ces rejets, que ce soit les oxydes d’azote (NOx), le monoxyde de carbone (CO), les composés organiques volatiles (COV) ou les particules en suspension (PM), résultent généralement d’une combustion incomplète des énergies fossiles ou de l’usure des composants du matériel de transport.

Le poids déterminant de l’automobile

2L’analyse des données du DEEM situe l’importance de l’automobile dans le système de 0;mobilité calvadosien. Alors que celle-ci représente 67 % des déplacements et 84 % des distances parcourues, elle est responsable de 93 % des émissions de GES. Elle est tout aussi émettrice pour les autres polluants atmosphériques. En rapportant les émissions par mode à leur utilisation, la voiture reste le vecteur de déplacement le plus polluant avec 147 geq CO2 émis par kilomètre. De ce fait, elle est deux fois plus émettrice au kilomètre que les transports collectifs.

3Le déploiement de politiques publiques visant à favoriser l’usage partagé de l’automobile (covoiturage) est un moyen de faire baisser le taux d’émission. Par exemple, si trois personnes utilisent une seule voiture, le taux d’émission de gaz à effet de serre au kilomètre chute à 49 geq CO2, soit moins que le taux d’émission actuel des transports collectifs dans le Calvados. L’optimisation du taux de remplissage des véhicules (voiture, bus, etc.) est l’un des leviers permettant de diminuer l’empreinte écologique des déplacements.

4Par nature, les modes actifs (vélo, marche, etc.) ne génèrent pas d’émissions directes de gaz à effet de serre ou de polluants atmosphériques. La moindre empreinte des véhicules électriques (voiture, trottinette, etc.) est à relativiser en fonction des sources énergétiques primaires utilisées pour produire l’électricité alimentant le véhicule et du coût environnemental de la production, ainsi que du recyclage des batteries.

Image

Graphique : AUCAME. Source : Enquête de mobilité Calvados, 2011

Le poids des modes de déplacements dans la mobilité et les émissions dans le Calvados

L’impact du lieu de résidence

5Les zones rurales et périurbaines sont les secteurs où l’on mesure les émissions les plus importantes de GES par habitant. La moindre densité d’activités et le peu d’offre alternative à la voiture rendent les ménages dépendants de l’usage de la voiture. En outre, la déconnexion de ces zones résidentielles périurbaines avec les principaux lieux d’emploi, génère des parcours quotidiens de grande portée, fortement émetteurs de gaz à effet de serre.

6Les territoires traversés par une infrastructure routière majeure (RN 13, A 84, RN 158), qui plus est gratuite, montrent logiquement les émissions par habitant les plus fortes. Ces infrastructures facilitent un développement périurbain plus lointain, à temps de parcours égal. À l’inverse, l’ensemble des pôles urbains du Calvados présentent de faibles émissions par habitant, conséquence d’un mode de vie de proximité.

Image

Carte : AUCAME

Les émissions moyennes de gaz à effet de serre par habitant par secteur de l'enquête de mobilité du Calvados en 2011

7Pour autant, cette approche n’est pas suffisante car certains quartiers urbains ont des taux d’émissions importants, proches de ceux observés dans les zones rurales. Ainsi, les habitants du quartier de La Haie Vigné à Caen émettent 4,6 kgeq CO2 par habitant, une moyenne proche de celle des habitants du pays virois (4,7 kgeq CO2 ). Le fort taux d’équipement automobile de ces ménages, lié à leurs revenus, est le principal facteur explicatif de ces niveaux d’émission élevés. À contrario, à Caen et Hérouville-Saint-Clair, les quartiers situés sur le passage du tramway sont ceux où l’on émet le moins. Ils rassemblent une population potentiellement captive des transports collectifs (quartiers sociaux, étudiants). De plus, beaucoup d’habitants recourent au tramway et au bus par choix ou effet d’aubaine.

8Concilier mobilité, développement territorial et qualité de l’air est un enjeu sanitaire et environnemental primordial. Que ce soit en matière de réchauffement climatique, ou en matière d’impact sur la santé, les émissions liées à la mobilité génèrent un coût social et économique pour la collectivité.

9Utilisée notamment pour effectuer des déplacements sur de plus grandes distances, auxquels les autres modes ne peuvent pas toujours répondre, la voiture est en très grande partie responsable des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques dans le département. La motorisation des véhicules de transports collectifs, principalement diesel, contribue, dans une moindre mesure, à la pollution de l’air, notamment en matière d’oxyde d’azote et de particules.

10Les secteurs où les comportements de mobilité des habitants sont les plus émissifs correspondent aux secteurs périurbains et ruraux situés notamment à l’ouest et au sud de l’agglomération caennaise. Cette carte montre également une corrélation entre les secteurs émetteurs et la présence d’une voie rapide gratuite. À l’inverse, les habitants des pôles urbains, où la part modale des modes de transport actifs est importante, émettent moins de gaz à effet de serre.

Pour citer ce document

Xavier Lepetit, 2021 : « Les effets de la mobilité sur la qualité de l’air », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 27/04/2021, URL : https://atlas-social-de-caen.fr/index.php?id=693, DOI: en attente.

Autres planches in : Transports et mobilités

Carte : AUCAME - 2016.

Les grandes surfaces commerciales, un modèle d’aménagement à réinterroger ?

par Tristan Capron

Voirla planche intégrale 

Photo : @ Collection Victor Benhaïm.

Le premier tramway à Caen : une petite révolution (1901-1937)

par Michaël Biabaud

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

AUCAME, 2015, Les émissions de polluants et consommations d’énergie des déplacements dans le Calvados, Collection Observatoire des mobilités, Novembre 2015, 20 p., https://www.aucame.fr/images/catalogue/pdf/1535121035-160912_deem.pdf

Index géographique

Xavier Lepetit

Chargé d’études à l’Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole - AUCAME

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Xavier Lepetit

Xavier Lepetit

Résumé

En 2016, la sphère des transports est responsable en France de 30 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), ce qui la place comme la première activité contributrice. Les résultats de l’enquête de mobilité du Calvados, réalisée en 2011 par le Département du Calvados, Caen Métropole et Viacités, ont montré la prédominance de la voiture dans les pratiques de mobilité. Celle-ci n’est pas sans impact environnemental, notamment en matière de qualité de l’air.

Documents (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".