Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Un réseau routier dense et de grande capacité mais des congestions ponctuelles

par Xavier Lepetit

planche publiée le 28 janvier 2022

Caen-Métropole dispose d’un réseau routier dense et fortement hiérarchisé, élément clé du système de mobilité caennais. L’utilisation majoritaire de la voiture par les habitants des 143 communes de ce territoire, comptant pour deux tiers des déplacements, en est la parfaite illustration. La particularité de ce réseau est d’être l’un des plus denses de France, comparativement à la taille de l’aire urbaine.

1Le réseau routier se compose de deux niveaux de radiales : des nationales de gabarit quasi autoroutier, permettant de relier les métropoles régionales voisines, et des départementales, principalement des voies rapides, qui offrent des liaisons vers les pôles urbains du Schéma de cohérence territoriale (Scot) ou du département. L’ensemble de ces radiales convergent vers un anneau de circulation ceinturant le cœur de l’agglomération et baptisé « boulevard périphérique de Caen ». Enfin, le tout est complété par un maillage dense de routes départementales et communales reliant l’ensemble des 143 communes du Scot entre elles.

Un réseau routier dense qui permet une accessibilité optimale au centre de l’agglomération

2La densité de ce réseau et le gabarit des voies sont les garants de la bonne accessibilité de la métropole caennaise, notamment pour la population du Scot. Ainsi, plus de 90 % de la population de Caen-Métropole se trouve à moins de 20 minutes en voiture du centre-ville de Caen (hors congestion et recherche de stationnement). L’accès rapide au centre de l’agglomération est un des facteurs ayant contribué à la périurbanisation du territoire caennais, l’une des plus marquée en France.

3Pour autant, l’accessibilité à la métropole caennaise n’est pas totalement équitable d’un point de vue territorial. En effet, le sud du territoire, et notamment le secteur de la Suisse Normande se situe à plus d’une demi-heure de la ville centre. La présence de pôles relais, à l’image du Hom, est donc indispensable pour la structuration de l’espace métropolitain. Ces pôles relais, pour être efficaces, doivent être facilement accessibles pour les communes environnantes et bénéficier d’un niveau adéquat de services et d’équipements.

Un trafic routier en constante progression

4L’ensemble des grandes radiales connaît aujourd’hui un trafic relativement important, notamment à l’approche de l’agglomération caennaise : entre 30 000 et 50 000 véhicules/jour pour les infrastructures nationales, 15 000 à 30 000 véhicules/jour pour les grandes départementales de l’est et du nord de Caen-Métropole.

5Le périphérique de Caen, construit dans les années 1970 pour sa partie nord et 1990 pour sa partie sud, collecte l’essentiel de ce trafic d’échanges, auquel il faut ajouter celui lié au transit ainsi que celui interne à la ville de Caen. Cette accumulation entraîne une très forte utilisation quotidienne de l’infrastructure, notamment sur sa partie nord, qui enregistre plus de 70 000 véhicules en moyenne par jour. La partie est, de la porte de Côte de Nacre jusqu’à la porte d’Espagne, est désormais en limite de capacité, d’autant plus au niveau du Viaduc de Calix, l’un des rares points de traversée de l’Orne et du Canal.

6Si le réseau routier de Caen Métropole est globalement fluide, le trafic qu’il supporte ne cesse de progresser. Le périphérique sud a connu une forte hausse de trafic ces dix dernières années, conséquence d’un développement périurbain prononcé au sud de l’aire urbaine caennaise sur cette même période. En outre, le trafic routier sur certaines voies secondaires d’accès à l’agglomération caennaise comme la RD8 ou la RD675, connaît le même phénomène de hausse. Cela illustre vraisemblablement un report de trafic des grandes radiales fortement sollicitées, voire saturées, vers des axes de substitution. À ce titre, une étude INRIX, institut spécialisé dans l’analyse des trafics routiers, présente Caen comme la 10e zone métropolitaine la plus embouteillée de France en 2015, juste après des métropoles telles que Rennes ou Nantes.

7Ces observations montrent la nécessité d’être vigilant concernant le devenir de ce réseau. Les phénomènes d’engorgement, bien que ponctuels, sont chroniques aux heures de pointe, et mettent en lumière les « effets pervers » du développement périurbain observé ces dernières années. Pour ne pas compromettre le bon fonctionnement de ce réseau routier, il apparaît donc primordial de s’interroger plus globalement sur notre manière d’organiser le développement urbain du Scot de Caen Métropole.

Image

Carte : Aucame, Mellet C.

Hiérarchisation et performance du réseau routier Caen Métropole

8La densité, l’efficacité et la gratuité du réseau routier de Caen-Métropole, mettent une grande partie de ses habitants à moins de 20 minutes du centre-ville de Caen. La « fuite » des ménages, notamment vers le sud du territoire, a été facilité, entre autres, par la performance de ce réseau routier qui rend l’allongement des distances domicile/travail plus acceptables.

Image

Carte : Aucame, Mellet C.

Trafic moyen journalier annuel routier 2017 et son évolution 2007-2017 sur le périphérique caennais ainsi que ses principales pénétrantes

9Ces dix dernières années, le trafic routier sur le périphérique de Caen tend à se rééquilibrer avec une hausse sur les parties sud et ouest, les moins chargées, et une stabilisation, voire une légère baisse sur les parties les plus sollicitées, qui sont en limite de capacité. Bien que globalement fluide, la congestion chronique observée aux heures de pointe rend plus difficile l’accessibilité à l’agglomération et fragilise le bon fonctionnement du système de mobilité caennais.

Pour citer ce document

Xavier Lepetit, 2022 : « Un réseau routier dense et de grande capacité mais des congestions ponctuelles », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 21/01/2022, URL : https://atlas-social-de-caen.fr:443/index.php?id=987, DOI : https://doi.org/10.48649/asdc.987.

Autres planches in : Transports et mobilités

Carte : É. Walker, C. Mellet - 2022.

Se déplacer pour travailler dans l’aire urbaine : des flux multiples

par Étienne Walker

Voirla planche intégrale 

Schéma : AUCAME, 2018.

Des mobilités différentes selon l’endroit où l’on habite

par Xavier Lepetit

Voirla planche intégrale 

Graphique : AUCAME, C. Mellet - 2021.

Ménages entrants et sortants de Caen la Mer : qui sont-ils ?

par Ludivine Collette

Voirla planche intégrale 

Carte : AUCAME - 2016.

Les grandes surfaces commerciales, un modèle d’aménagement à réinterroger ?

par Tristan Capron

Voirla planche intégrale 

Photo : AUCAME.

Les effets de la mobilité sur la qualité de l’air

par Xavier Lepetit

Voirla planche intégrale 

Photo : @ Collection Victor Benhaïm.

Le premier tramway à Caen : une petite révolution (1901-1937)

par Michaël Biabaud

Voirla planche intégrale 

Index géographique

  • Le Hom
  • Viaduc de Calix
  • Côte de Nacre

Xavier Lepetit

Chargé d’études à l’Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole - AUCAME

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Xavier Lepetit

Xavier Lepetit

Clément Mellet

Cartographe indépendant

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Clément Mellet

Clément Mellet

Résumé

Caen-Métropole dispose d’un réseau routier dense et fortement hiérarchisé, élément clé du système de mobilité caennais. L’utilisation majoritaire de la voiture par les habitants des 143 communes de ce territoire, comptant pour deux tiers des déplacements, en est la parfaite illustration. La particularité de ce réseau est d’être l’un des plus denses de France, comparativement à la taille de l’aire urbaine.

Annexes (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".