Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

La silver économie : des enjeux sociaux et financiers

par Robert Hérin et Laura Pauchard

planche publiée le 04 mars 2022

Le conseil départemental du Calvados a consacré en 2020 près de 210 millions d’euros (26,5 % de ses dépenses) à l’autonomie des personnes âgées et/ou handicapées, loin devant la protection de l’enfance, la lutte contre l’exclusion ou l’aménagement des territoires. À eux seuls, les Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de l’aire urbaine caennaise enregistreraient des rentrées financières de l’ordre de 80 à 90 millions d’euros par an (3 500 places à 2 000 euros mensuels de prix moyen, aides sociales comprises). Ces chiffres confirment une tendance nationale : les personnes âgées représentent aujourd’hui un secteur économique en rapide expansion, la silver économie, où s’entrecroisent des enjeux économiques, sociaux, ruraux et urbains, laissant entrevoir des inégalités sociales sous-jacentes. Sont en œuvre des logiques de service public, des héritages d’ordre religieux ou encore des mécanismes de profits financiers pour des entreprises privées, parfois multinationales.

Une diversité de services et d’aides

1Le conseil départemental du Calvados compte plus de 15 000 bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie et près de 5 000 allocataires de l’aide sociale (2018). Les services délocalisés de l’État, telle l’Agence régionale de santé (Ars), contribuent aux financements de ces aides. Ils s’impliquent dans les projets de construction ou de réaménagement de structures d’accueil, avec l’appui d’organismes financiers telle que la Caisse des dépôts et consignations.

2Trois acteurs principaux gèrent au quotidien les structures d’accueil des personnes âgées : les Centres communaux d’action sociale (Ccas), les établissements privés non lucratifs et les établissements privés lucratifs.

Image

Graphique : L. Pauchard, C. Mellet

Nombre de structures d’accueil selon leur nature et leur statut

Des établissements publics qui s’imposent dans le paysage de la ville

3Les Ccas interviennent concernant l’aide à domicile, les résidences autonomie et les Ephad et, plus récemment, sont à l’origine des papy lofts et des résidences intergénérationnelles. Le Ccas de Caen gère deux Services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad), un Service de soins infirmiers à domicile (Ssiad), huit résidences autonomie, et un Ehpad. Les politiques municipales contribuent ainsi aux évolutions des paysages et aux mutations urbanistiques et architecturales des quartiers, celui de La Guérinière principalement. Les regroupements de différents types de structures sont fréquents et peuvent répondre aux étapes successives du vieillissement.

Le pôle senior Mathilde de Normandie au 2 rue Avicenne à Caen

Image

Photographie : J-M Fournier, février 2021

Réalisation de la municipalité de Caen et inauguré en décembre 2016, le pôle seniors Mathilde de Normandie est composé d’un Ehpad de 110 places (14 places pour personnes atteintes de la maladie d’Alhzeimer) et d’un Service polyvalent d’aides et de soins à domicile (Spasad).

L’Ehpad de la Charité au 53 boulevard de la Charité, au sud de Caen

Image

Photographie : J-M Fournier, février 2021

Rattaché au Chru de Caen, l’Ehpad La Charité est le plus important de l’agglomération (260 lits dont 100 pour l’unité de soins de longue durée). Situé au sud de la ville, il contribue à affirmer la fonction d’accueil des personnes âgées du quartier de La Guérinière.

Les associations, fondations et mutuelles : une présence religieuse ancienne

4Les établissements privés à but non lucratif relèvent de plusieurs statuts. On peut identifier les associations comme l’Admr : quinze associations locales dans l’aire urbaine. Les fondations, elles, s’inscrivent pour la plupart dans l’histoire (parfois religieuse) des anciens hospices et asiles ouverts aux nécessiteux. La Mutualité française fédère la quasi-totalité des mutuelles normandes (quatre Ehpad et deux résidences autonomie dans l’aire urbaine).

L’Asile de Marie à Thury-Harcourt

Image

Photographie : Pauchard L., avril 2021

Un Ehpad de 87 lits et une résidence autonome de 30 logements. L’Asile de Marie a été fondé par des religieuses en 1853. Devenu Ehpad et résidence autonomie, il est aujourd’hui géré par la fondation Asile de Marie.

L’offre privée : complémentarité ou concurrence ?

5Les établissements privés lucratifs peuvent être des entreprises individuelles ou des établissements à rayonnement international comme le groupe Orpea (deux Ehpad à Caen, 950 établissements et près de 100 000 lits dans 35 pays). Il propose une offre d’accueil, de services et de soins de plus en plus diversifiée pour laquelle le chiffre d’affaires s’élevait, en 2018, à 3,5 milliards d’euros. Cette société est détenue à 5 % par le fondateur initial, ainsi que par un fonds de pension canadien Ccpib (14 %) et le groupe Ffp Investi, holding française (5 %).

6De son côté, le groupe Emera est spécialisé dans l’hébergement haut de gamme (80 établissements en France et dans les pays voisins), dont l’Ehpad de Luc-sur-Mer auquel s’associera une résidence services seniors développant le concept, désormais à la mode, de parcours résidentiel. Le groupe Domitys (une centaine de résidences services senior en France, quelques-unes dans les pays voisins) possède deux établissements, spécialisés dans l’accueil des personnes âgées autonomes, dans l’aire urbaine caennaise : Les Robes d’Airain à Caen et La plage de Nacre à Courseulles-sur-Mer. La résidence Les Essentielles à Caen fait partie du groupe GDP Vendôme (en collaboration avec Bouygues Immobilier) spécialisé dans la réalisation, la promotion et l’exploitation de résidences services senior (39 en France et de nombreux projets en cours de réalisation ou de montage). Ces entreprises mettent en avant la localisation avantageuse de leurs établissements (proximité du littoral ou implantation en centre-ville de Caen).

Résidence services seniors La Girandière à Caen, 321 rue de Falaise.

Image

Photographie : J-M Fournier, février 2021

À la recherche de clients, d’investisseurs et de profits capitalistes

7Alors que les établissements publics et privés non lucratifs sont confrontés à des listes d’attente, le secteur des entreprises privées, qui disposent souvent de places disponibles multiplie les publicités sur la diversité, la qualité et le haut standing des prestations proposées. Les publicités (aux supports variés : tracts, presse, télévision, web) présentent, photographies à l’appui, l’éventail et la qualité des prestations, les compétences des personnels qui les assurent. Sont mises en avant les valeurs qui inspirent l’entreprise, son expérience nationale et internationale.

Image

Source : Prospectus de promotion

Les Jardins d’Arcadie à Ouistreham, résidence services seniors, inaugurée en 2019, compte 95 appartements, du F1 au F3, proposés à la vente ou en location. Ils sont stratégiquement situés à 150 mètres de la plage de Riva Bella et à proximité des commerces du centre-ville. Il s’agit de l’une des vitrines du groupe ACAPACE, spécialisé dans l’immobilier et l’hôtellerie (39 établissements ouverts fin 2019, plus de 70 à l'horizon 2023). Cette phase de croissance est stimulée par le partenariat avec Bouygues Immobilier.

8D’autres publicités sollicitent les investisseurs potentiels pour l’achat d’appartements en résidence (dont l’établissement gère la location), soit en prévision de s’y installer, soit comme placement sûr et lucratif. Le marché est présenté comme attractif. On y souligne le décalage entre l’offre et la demande croissante, avec l’arrivée d’une génération nombreuse à l’âge de la retraite et l’allongement de l’espérance de vie. Les campagnes de promotion se veulent rassurantes en mettant en évidence que les plus de 60 ans disposent du pouvoir d’achat le plus élevé (revenus financiers et patrimoniaux), ce qui garantit une forte rentabilité à l’investissement (entre 3 et 6 %). À cela s’ajoute une fiscalité intéressante.

Pour citer ce document

Robert Hérin et Laura Pauchard, 2022 : « La silver économie : des enjeux sociaux et financiers », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 04/03/2022, URL : https://atlas-social-de-caen.fr:443/index.php?id=1030, DOI : https://doi.org/10.48649/asdc.1030.

Autres planches in : Le vieillissement

Photo : R. Hérin - 2021.

Le maintien à domicile des personnes âgées : un défi local et départemental

par Robert Hérin et Laura Pauchard

Voirla planche intégrale 

Photo : L. Pauchard, 2021.

Les établissements pour personnes âgées autonomes : des services variables selon les revenus

par Robert Hérin

Voirla planche intégrale 

Carte : R. Hérin, L. Pauchard - 2020.

Le vieillissement : une pyramide des âges en cours de bouleversement

par Robert Hérin et Laura Pauchard

Voirla planche intégrale 

Index géographique

Jean-Marc Fournier

Jean-Marc Fournier est professeur de Géographie à l'Université de Caen, membre du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO). Ses travaux portent sur la dimension spatiale des sociétés d’Amérique latine. L’objectif est de mettre en évidence les rapports de pouvoir entre groupes sociaux afin de mieux comprendre la production et reproduction des inégalités sociales. La question du partage de l’eau dans les villes a longtemps constitué mon principal thème d’étude pour montrer comment, au-delà d’une répartition inégalitaire, l’eau constitue en enjeu fort de pouvoir. Un second thème d’étude est celui des mobilités géographiques et sociales envisagées, au-delà des déplacements, comme des formes de capitaux. D’autres entrées thématiques retiennent mon intérêt en fonction des lieux et groupes étudiés et de leur pertinence pour expliquer les inégalités et injustices sociales.

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Jean-Marc Fournier

Jean-Marc Fournier

Clément Mellet

Clément Mellet est cartographe indépendant à Paris et fait partie du groupe d'auteurs Légendes Cartographie. Il réalise des cartes d'édition pour plusieurs supports : guides touristiques, manuels scolaires, atlas géopolitiques...

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Clément Mellet

Clément Mellet

Résumé

Le conseil départemental du Calvados a consacré en 2020 près de 210 millions d’euros (26,5 % de ses dépenses) à l’autonomie des personnes âgées et/ou handicapées, loin devant la protection de l’enfance, la lutte contre l’exclusion ou l’aménagement des territoires. À eux seuls, les Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de l’aire urbaine caennaise enregistreraient des rentrées financières de l’ordre de 80 à 90 millions d’euros par an (3 500 places à 2 000 euros mensuels de prix moyen, aides sociales comprises). Ces chiffres confirment une tendance nationale : les personnes âgées représentent aujourd’hui un secteur économique en rapide expansion, la silver économie, où s’entrecroisent des enjeux économiques, sociaux, ruraux et urbains, laissant entrevoir des inégalités sociales sous-jacentes. Sont en œuvre des logiques de service public, des héritages d’ordre religieux ou encore des mécanismes de profits financiers pour des entreprises privées, parfois multinationales.

Annexes (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".