Ouest-Edel  | Atlas social de Nantes  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Le système agro-alimentaire des grandes cultures en Plaine de Caen : une déconnexion entre production, transformation et consommation ?

par Thibaux Preux, François Beauvais et Laura Pauchard

planche publiée le 22 septembre 2020

La cartographie des principaux éléments du système agro-alimentaire de la Plaine de Caen, jusqu’ici peu exploré, souligne la déconnexion entre la production de grandes cultures, omniprésentes dans les paysages de l’agglomération, et l’appareil de transformation agro-industriel local intégrant majoritairement des matières premières extérieures à la région.

Une région exportatrice de céréales

1 Si la Normandie est le plus souvent associée à l’image d’une région d’élevage laitier, la Plaine de Caen se singularise par des paysages ouverts caractéristiques de systèmes agricoles spécialisés dans les grandes cultures. Les silos agricoles des sociétés de collecte et d’approvisionnement marquent ainsi la présence de la céréaliculture dans ce paysage agricole. Les coopératives de Creully et d’Agrial, ayant toutes deux leur siège social dans l’agglomération caennaise, collectent et assurent l’encadrement technique de la production végétale, aux côtés de deux sociétés privées (D2N et Lepicard). La majeure partie des 335 000 tonnes de blé produites chaque année est expédiée via le port de Caen Ouistreham (site de Blainville), vers le Maghreb, la Grande-Bretagne, l’Irlande ou la Péninsule Ibérique, tandis que le reste de la production destinée à l’exportation est acheminée vers le port de Rouen.

2Une partie du blé tendre, de l’orge et du colza produite localement est transformée par Agrial dans ses usines bretonnes, ainsi que par l’usine Sanders de Bretteville l’Orgueilleuse qui approvisionne les éleveurs dans un rayon de 70 kilomètres. Le reste de la production céréalière trouve d’autres débouchés locaux (installation récente d’une malterie à Saint-Martin-des-Entrées, usine de bio-éthanol à Lillebonne, etc.).

Composition de la surface agricole utile de la Plaine de Caen-Falaise

Image

Les cultures végétales occupent une place importante dans les paysages agricoles de la Plaine de Caen, en particulier les céréales qui représentent près de la moitié de la surface agricole utile (principalement sous forme de blé tendre destiné à la production de farine ou à la fabrication d’aliments pour animaux, en complément de l’orge). Elles sont complétées par des cultures oléagineuses (colza), protéagineuses (pois, féveroles) et fourragères (maïs) ou des cultures industrielles (lin et betteraves). Les prairies sont néanmoins présentes, essentiellement dans les fonds de vallées.

Transformation avant exportation

3Occupant une moindre surface, les cultures industrielles à forte valeur ajoutée sont pleinement intégrées dans les rotations culturales des exploitations comme dans le système productif agricole de l’agglomération. C’est le cas en particulier pour la culture du lin qui repose sur un haut niveau de capitalisation et s’appuie sur un savoir-faire technique spécifique. Les 34 000 tonnes produites annuellement dans la Plaine de Caen sont acheminées vers les trois usines de teillage qui permettent d’en extraire la fibre (coopératives linières de Cagny et de Villons les Buissons, entreprise Vandecandelaere à Bourguébus), avant d’être exportées vers la Chine pour la fabrication textile.

4Par ailleurs, chaque année, un million de tonnes de betteraves est produite par 580 exploitants. Ces betteraves sont transformées à l’usine Saint-Louis de Cagny en 160 000 tonnes de sucre, acheminés ensuite vers les pays tiers de l’Union européenne par la voie maritime. La pérennité de ce site est cependant remise en question par le plan social décidé par le groupe allemand Südzucker, actionnaire unique de l’entreprise, menaçant les emplois des 82 salariés et des 70 saisonniers.

5L’agglomération caennaise accueille également une industrie agro-alimentaire reposant en partie sur la transformation d’une matière première issue des grandes cultures. Marqueur du paysage industriel de la Presqu’île de Caen, la meuneurie Axiane transforme en farine du blé de la région Centre pour approvisionner les boulangeries normandes. D’autres entreprises de seconde transformation sont également implantées dans la Plaine de Caen (Tartefrais à Falaise, Stefano Toselli à Mézidon-Canon, Delabli à Troarn, Madeleines Jeannettes à Colombelles, etc.), qui exportent sur le marché national et international.

6Alors que le développement des circuits alimentaires de proximité est souvent mis en avant dans le débat public, la géographie agricole des cultures végétales dans la Plaine de Caen révèle la déconnexion entre une production de grandes cultures, omniprésentes dans les paysages, et des activités de transformation agroalimentaire, qui ne satisfont que partiellement les besoins alimentaires d’une agglomération comptant plus de 265 000 habitants.

Cartographie du système agro-industriel de la Plaine de Caen

Image

Cette carte représente l’implantation des principaux sites du système agro-industriel caennais. Elle est organisée autour des établissements de soutien aux cultures (vente de semis et de produits phytosanitaires, machines agricoles, silos), des industries de première transformation (farine, malt, extraction de la fibre de lin), de seconde transformation (fabrication de produits de consommation), et d’infrastructures portuaires qui permettent l’exportation internationale.

Pour citer ce document

Thibaux Preux, François Beauvais et Laura Pauchard, 2020 : « Le système agro-alimentaire des grandes cultures en Plaine de Caen : une déconnexion entre production, transformation et consommation ? », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : en cours, mis à jour le : 23/09/2020, URL : http://atlas-social-de-caen.fr/index.php?id=390, DOI: en attente.

Autres planches in : L'agriculture et l'alimentation

photo. M. Esnault - 2020.

Alimentation locale et restauration collective dans l’aire urbaine de Caen

par Morgane Esnault

Voirla planche intégrale 

carte : P. Guillemin - 2020.

La Plaine de Caen : une vocation légumière méconnue

par Pierre Guillemin

Voirla planche intégrale 

photo : A. Graby - 2020.

Marchés de plein vent et divisions sociales à Caen « J’ai pas envie de vendre qu’à des dentistes »

par Pierre Guillemin, Adeline Graby et Maxime Marie

Voirla planche intégrale 

Index géographique

Thibaux Preux

Maître de conférence en Géographie, Université de Poitiers, chercheur associé aux laboratoires LETG - Caen UMR 6554 CNRS / ESO-Caen UMR 6590 CNRS (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Thibaux Preux

Thibaux Preux

François Beauvais

Doctorant en Géographie, Université de Caen Normandie, Laboratoires LETG et Espaces et Sociétés (ESO).

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de François Beauvais

François Beauvais

Résumé

La cartographie des principaux éléments du système agro-alimentaire de la Plaine de Caen, jusqu’ici peu exploré, souligne la déconnexion entre la production de grandes cultures, omniprésentes dans les paysages de l’agglomération, et l’appareil de transformation agro-industriel local intégrant majoritairement des matières premières extérieures à la région.