Ouest-Edel  | Atlas social de Nantes  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de Caen

De l'agglomération à la métropole ?

Le port de Caen-Ouistreham, porte d'entrée sur l'Angleterre

par Pascal Buléon et Frédérique Turbout

planche publiée le 26 novembre 2020

Le port de Caen-Ouistreham se situe à la dixième place des ports de commerce français grâce à l'intensité de ses échanges transmanche et à un trafic vrac de niche répondant aux spécificités du marché régional et local. Principalement en lien avec le Royaume-Uni et le port de Portsmouth, il est une porte d’entrée sur l’Europe que les perspectives du Brexit ne sauraient remettre en cause.

Deux ports et un canal

1Le port de Caen-Ouistreham appartient au syndicat mixte « Ports de Normandie », porté par la Région Normandie et les départements de la Manche, du Calvados, de la Seine-Maritime ainsi que des agglomérations de Caen la Mer, Cherbourg-Cotentin et Dieppe-Maritime. Il présente la particularité d'être organisé sur deux sites distincts reliés par le canal de l’Orne. Si au Moyen Âge, le port de Caen se situait sur les quais de l'Odon, le creusement du canal de l'Orne, chantier colossal achevé en 1857, inaugura le nouvel emplacement du port et lui permis de prendre véritablement son essor. Conforté par le développement d'une activité de construction navale et la présence de l'activité de la SMN, le port connaît son âge d'or à la veille de la Seconde guerre mondiale. Détruit mais rapidement réaménagé au lendemain du conflit, il se développe grâce à la présence de la Société navale caennaise.

2Une nouvelle étape est franchie en 1986 avec la mise en service du terminal ferry, distant de quinze kilomètres du centre de Caen. Le port aval est dédié au transport transmanche alors que le port amont est orienté vers un transport maritime plus traditionnel de marchandises vracs. Le port amont a traité en 2018 plus de 635 000 tonnes de fret dominées par les trafics de céréales, de nourritures animales et d'engrais. Le reste du trafic est composé des trafics vracs de houille, de ferrailles exportées ensuite vers l'Espagne, de clinkers (ciment) ou de bois. Cette activité implantée depuis des décennies permet au port de se hisser à la quatrième place des sites français assurant les imports de bois et à la première place du trafic de bois exotique. Ce trafic appuyé par une desserte mensuelle en provenance de l'Afrique de l'Ouest et répondant aux besoins de la filière locale, l’hinterland (arrière-pays) du port amont est avant tout normand. De grands travaux engagés ces dernières années ont permis d’améliorer le traitement du vrac, dont celui du bois avec l'installation de séchoirs sur le terminal de Blainville.

Figure 1 : Quais de Blainville

Image

Photo : T. Preux, 2018

Pour accéder aux quatre sites accueillant le trafic commercial de vracs et aux infrastructures dédiées, les navires jaugeant moins de 25 000 tpl (tonnes de port en lourd) doivent emprunter le canal de l’Orne via un système d’écluses. Afin d'améliorer le transit des navires, de futurs travaux prévoient la mise en place d’un système de guidage des navires appelé « embectage » au passage de l'écluse permettant l'accueil de navires de plus grandes largeurs.

3Si le trafic du port amont reste modeste au regard des autres ports transmanche, les échanges les plus importants concernent le port aval situé à l'embouchure de l'Orne dont les liens s'étendent jusqu'à la péninsule ibérique. Dédié au transport transmanche avec l’Angleterre, le terminal de ferries de Caen-Ouistreham assure des liaisons régulières quotidiennes avec le port voisin de Portsmouth. Cette ligne, la plus fréquentée hors détroit, témoigne de ce lien fort qui unit les deux rives de la Manche au cœur de l'un des premiers couloirs de circulation maritime mondial. La mise en service du futur navire GNL de Brittany Ferries viendra conforter et renforcer cette liaison.

Le Brexit : nouvelle étape ?

4Entre 1996 et 2016, le trafic fret s'est accru de près d'un million de tonnes pour atteindre plus de trois millions. Celui des passagers suit une courbe identique. Cette évolution s'explique en partie par la concentration des lignes de ferry sur la Manche et le report de trafic sur la liaison Caen-Portmouth. Il faut y ajouter une certaine stabilité des activités du port amont dans du fret spécialisé. Le Brexit soulève des craintes pour les professionnels du transport maritime quant au possible allongement des délais de chargement et au risque d'engorgement des ports. Les formalités douanières et sanitaires imposent l'aménagement de nouveaux espaces que le port s'est efforcé de réaliser, l'enjeu étant le maintien de la fluidité des trafics.

5Le Brexit marque une étape supplémentaire dans l'histoire du port de Caen-Ouistreham et des relations transmanche. Sans préjuger d'à-coups, même forts, il est cependant peu probable que le Brexit soit un réel frein au maintien de relations intenses et régulières entre les deux rives du Channel. Le port de Caen-Ouistreham reste un acteur majeur des relations transmanche actuelles et futures.

Image

Figure 2 : Organisation des terminaux portuaires du port de Caen-Ouistreham et principaux trafics en 2018

Carte : F. Turbout, 2020

Le port de Caen-Ouistreham est associé à Cherbourg et Dieppe au sein de « Ports de Normandie ». Le port amont couvre une superficie totale de 145 ha répartis entre les quatre terminaux polyvalents de Ranville, Blainville, Calix-Hérouville et du Bassin de la Presqu'île. Il faut y ajouter douze hectares dédiés au terminal transmanche et 36 hectares au port de plaisance. L'ensemble regroupe des infrastructures de gestion du port, de manutention et stockage ainsi que des locaux commerciaux.

Pour citer ce document

Pascal Buléon et Frédérique Turbout, 2020 : « Le port de Caen-Ouistreham, porte d'entrée sur l'Angleterre », in Atlas Social de Caen [En ligne], ISSN : 2779-654X, mis à jour le : 26/11/2020, URL : https://atlas-social-de-caen.fr/index.php?id=480, DOI: en attente.

Autres planches in : Les espaces économiques

Carte : E. Walker - 2020.

Une aire urbaine de plus en plus tertiaire et des communes aux activités spécialisées (2015)

par Étienne Walker

Voirla planche intégrale 

Photo : © Collection Victor Benhaïm.

Le centre de Caen dans l’entre-deux-guerres : les grands magasins s'installent

par Michaël Biabaud

Voirla planche intégrale 

Carto : L. Pauchard, 2020.

Aire de placement et zone d’emploi. Où sont les employeurs des diplômés des masters de l’Université de Caen Normandie ?

par Patrice Caro, Agnès Checcaglini et Fiona Burgos

Voirla planche intégrale 

© Dircom UniCaen

Le système d’enseignement supérieur et de recherche, un facteur de prospérité

par Isabelle Lebon, Frédéric Chantreuil et Laura Pauchard

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Buléon P., Shurmer-Smith J-L., Atlas Transmanche-Espace Manche, Face à face et côte à côtehttps://atlas-transmanche.certic.unicaen.fr/fr/

Index géographique

Pascal Buléon

Directeur de recherche, Université de Caen Normandie, UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Pascal Buléon

Pascal Buléon

Frédérique Turbout

Ingénieure de recherche, Université de Caen Normandie (UNICAEN), Maison de la recherche en Sciences Humaines

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Frédérique Turbout

Frédérique Turbout

Thibaut Preux

Maître de conférences, Université de Poitiers, Rural URbain Acteurs Liens Territoires Environnement (RURALITES)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Thibaut Preux

Thibaut Preux

Résumé

Le port de Caen-Ouistreham se situe à la dixième place des ports de commerce français grâce à l'intensité de ses échanges transmanche et à un trafic vrac de niche répondant aux spécificités du marché régional et local. Principalement en lien avec le Royaume-Uni et le port de Portsmouth, il est une porte d’entrée sur l’Europe que les perspectives du Brexit ne sauraient remettre en cause.